50 nuances de Grey

Hello, Bonjour ! 

50 Nuances de Grey

Il y a quelques jours, j’ai regardé le film “Les 50 nuances de Grey”.
Il en avait été fait tout un foin dans la presse et dans les chaumières, alors je me suis dit pourquoi pas m’instruire : Lorsque je regarde un long métrage, j’ai tendance à analyser le fond de l’histoire et à l’utiliser dans ma pratique thérapeutique comme exemple.
Oh déformation professionnelle, comme tu es taquine !

Voici le raisonnement que j’en ai fait et comment il pourrait vous être utile. 

ATTENTION ! DIVULGACHEUR ! 

Si vous voulez regarder le film, ne lisez pas la suite ! 

De quoi s’agit-il ?
C’est l’histoire d’une jeune femme qui se fait séduire par un homme, qui lui affectionne les jeux de domination sexuelle, et de leur relation tumultueuse voire destructrice.

L’actrice principale, une étudiante, Anastasia Steele, se montre servile et docile dès le début: 

  • Elle fait l’interview d’un jeune chef d’entreprise célèbre et admiré, Christian Grey (l’acteur principal), pour aider sa colocataire, qui est malade, alors que ce n’est pas du tout son sujet d’étude, ni sa priorité. 
  • Elle s’habille de façon conventionnelle, presque négligée pour s’y rendre. Malgré le fait que son amie lui en fasse la remarque, elle y va ainsi. Elle se montre sous un aspect qui affiche son manque de respect de soi. 
  • Sur place, Anastasia questionne Christian mais n’est clairement pas préparée: elle n’a pas de stylo, elle bafouille, et se comporte comme une petite fille.  

Sans s’en rendre compte, elle a préparé le terrain pour un jeu de domination et de soumission entre eux deux. 

Lui est clairement dans sa puissance masculine et en profite pour la troubler et tenter de la séduire : 

  • Christian s’intéresse clairement à elle et éprouve des sentiments pour elle. Il s’immisce et tente de prendre le contrôle sur la vie de la jeune femme.
  • Il se pose en tant que protecteur et quelqu’un de bien intentionné. Elle le laisse faire et est flattée.
  • Il lui propose un contrat pour officier la relation soumise/dominant. Dans cet accord écrit, il lui offre de prendre toute sa vie en main (jusqu’à lui dicter quoi manger ou boire) en lui expliquant que cela lui permettra un lâcher prise et une liberté qu’elle n’a jamais connu. Elle considère cet engagement. 
  • Elle est amoureuse de lui et veut une vraie histoire d’amour. Elle prend le temps de la réflexion pour déterminer si elle signera le document ou non.
  • Elle tente de comprendre les motivations derrière ce que Christian lui propose et tente de le changer. Elle veut qu’il s’adapte à elle et tente de le contrôler pour qu’il soit comme elle le souhaite.
  • Pendant qu’elle s’interroge, alors que Christian était le meneur du jeu jusque là, il est tout a coup mis en position d’attente et c’est elle qui devient la dominante.

Les jeux sont inversés. 

Le reste du film est une continuation de ce schéma, dominant/dominé’e. 

A la fin, alors qu’il traverse un moment difficile, elle se prête à un jeu érotique pour voir jusqu’où il est prêt à aller. Heurtée, elle termine la relation, lui est dévasté. 

Au niveau psychologique, ce film est un magnifique exemple du triangle dramatique, aussi appelé le triangle de Karpman !

Stephen Karpman, étudiant de Eric Berne (Le père de l’analyse transactionnelle), a mis en avant le cercle vicieux Victime, Sauveur, Persécuteur. 

En quoi cela vous concerne t’il ou serrait susceptible de vous intéresser ? C’est un schéma exposé par un grand nombre de personnes que ce soit dans mon cabinet ou dans la vie en règle générale.

Comme le sujet est loooooooooooooooong, je le déclinerai en deux phases. 
La première aidera à (re) connaitre le Triangle de Karpman et la deuxième (le mois prochain) proposera des idées pour s’en sortir. 

Ce que je partage ci-dessous n’est en aucun cas un jugement de ma part !
C’est une observation des comportements des personnes imbriquées dans ce type de schéma. J’ai beaucoup d’empathie et de compassion pour la souffrance des personnes qui utilisent ces mécanismes. 

Mon but ici, comme dans chaque article que j’écris, est d’aider les individus qui veulent en finir avec ce type de pattern, en proposant des outils de réflexion pour leur évolution. J’espère montrer à toute personne intéressée, que nous sommes “La Première Merveille du Monde” (nom de mon Podcast). Nous somme des Chefs d’œuvres, des Pièces de Maître. Et trop peu d’entre nous s’en rendent compte. Hors j’aspire à transmettre cette information et à accompagner le plus de personnes possible vers l’incarnation de ses principes pour un monde meilleur et plus heureux.. 

Ceci étant dit, voici les points principaux du Triangle de Karpman: 
(Ici, peu importe le genre que j’utilise, cela concerne les hommes et les femmes – j’utilise le genre de la catégorie)

Triangle de Karpman
  1. La Victime, c’est Calimero, c’est “pauvre de moi”. 
    La Victime se sent oppressée, semble incapable de prendre des décisions ou de se prendre en charge. Elle n’a pas de plaisir dans la vie. Elle se sent désarmée et incapable, désespérée, et souvent Elle vit dans la honte.
    La Victime est une très grande manipulatrice qui ne le sait pas toujours !
    Elle dit vouloir aller mieux, mais Elle veut que d’autres soient responsables de son bonheur.

    Qui n’a jamais rêvé d’être pris totalement en charge par quelqu’un et ne s’occuper de rien ?

    Elle se perpétue alors dans une position d’infériorité et d’impuissance et comme elle pratique la culpabilité, elle cherche à se faire punir. Elle est donc en quête un Persécuteur et aussi un Sauveur (qui peuvent d’ailleurs être réuni dans la même personne).

    Cependant la Victime n’aime pas être rabaissée ou réduite, et Elle va devoir se rebeller contre son “oppresseur” devenant un Persécuteur à son tour.

  2. Le Sauveur, c’est la personne qui dit “laissez moi vous aidez”, même si on ne lui a rien demandé.
    Un Zorro qui a tendance à se sentir mal s’Il ne sauve pas l’autre.
    Le Sauveur pense que la Victime ne peut pas s’en sortir seule. De ce fait, Il scelle le destin de la Victime en perpétuant son impuissance et en la noyant de ses bons conseils, de ses attentions ou en faisant les choses pour Elle et à sa place. 
    La perversité ici c’est que le Sauveur veut sauver l’autre non pas pour des raisons altruistes, mais pour éviter de se sauver soi-même. Sauver l’autre n’est qu’une excuse pour ne pas avoir à gérer et à régler sa propre anxiété.
    Par cette manipulation, le Sauveur s’assure que la Victime reste dépendante de Lui. Il reste   dans son rôle pour qu’Il continue à se sentir grandit…
    Le Sauveur donne donc encore et encore plus à la Victime, quitte à vider ses propres batteries et à se mettre en difficulté. Et c’est à ce moment, quand les batteries sont vides, que Le Sauveur devient le Persécuteur.

    Comme nous l’avons vu, la Victime et le Sauveur se transforment en 

  3. Persécuteur, c’est le “méchant” ! 
    Le Persécuteur critique, juge et se place en position de supériorité. C’est le moment ou la Victime envoi son Sauveur sur les roses, en lui disant qu’Elle n’a rien demandé et en rejetant son aide ou en critiquant que l’aide n’était pas adaptée
    OU
    C’est le moment où le Sauveur agresse la Victime en lui exprimant tout le ressentiment qu’Il a sur le cœur de s’être “sacrifié” pour Elle et qu’Il n’a rien en retour. 
C’est fort de Roquefort tout de même, vous ne trouvez pas ? 

Pour reprendre avec le film, Anastasia Victime pour une partie du film. Elle se montre inférieure à Christian.
Lui est d’abord un Sauveur pour devenir un Persécuteur dans les jeux érotiques. Et puis la roue tourne et c’est Anastasia qui se place en position forte quand elle doit prendre une décision. Elle tente de le comprendre et veut le changer, elle est Sauveur et elle voit Christian comme Victime qu’elle doit sauver.
Tandis qu’elle prend son temps pour signer ou non le contrat, lui est alors vulnérable et souffre. Il devient la Victime et Anastasia devient Persécuteur. Elle redevient Sauveur, quand, alors qu’il souffre d’une situation, elle accepte un jeu érotique qui va au delà de ses propres limites à elle, et ou blessée elle rejette Christian. Elle redevient Persécuteur. Lui s’effondre et est devenu Victime. 

Cette histoire est en fait un beau spécimen de ce qui se passe dans la vie de tant de personnes. Ces schémas se mettent en place dans l’enfance pour tenter de survivre l’ingérable avec les dysfonctionnements de l’entourage proche (Parents, ou personnes d’autorité), et installent une co-dépendance. 

Je suis curieuse… Est-ce que vous vous reconnaissez dans ce triangle ?

  • Si oui quel(s) rôle(s) et dans quelles circonstances ? 
  • Avez-vous une idée de pourquoi vous le faites ?  
  • Quel est votre objectif quand vous rentrez dans ce rôle ? 
  • En si on enlevait la manipulation, qu’est-ce que vous aimeriez VRAIMENT dansn la réalité ? 

Allez hop, je vous laisse avec ces questions. Vous avez un mois pour vous pencher sur le sujet et peut-être y trouver certaines réponses…

Le mois prochain, je vous promets que vous aurez des solutions pour sortir de ce cycle infernal ! 

Si un mois est trop long et que vous ne pouvez pas attendre, vous savez comment me contacter ou vous pouvez cliquer sur le lien ici. 

Bon mois de mars ! 

Au fait, si vous ne l’avez pas encore fait, retrouvez mon hommage à Karl Lagerfeld sur les liens suivant : 
Articles
Podcast
Vidéo 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *